Février 2014 - MEDITATION et Liberté Bouddhisme et Spiritualité

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Février 2014

BLOG

VIES PASSEES ET FUTURES

Je ne traite pas du KARMA et de la RENAISSANCE (sujet développé dans le Menu Philosophie) comme des sujets religieux exotiques.
Je les ramène à un niveau pratique pour que nous puissions voir comme ils fonctionnent. En tant qu'êtres humains, c'est maintenant que nous devons apprendre de notre vie.

Il ne sert à rien de spéculer sur qui vous serez dans votre prochaine vie ; selon moi, c'est une perte de temps. Et le Bouddha a dit qu'il était futile d'essayer de découvrir ce que l'on était dans une vie antérieure.
On me demande parfois si j'ai eu des expériences de vies passées. La réponse est : "Non". Je ne sais rien de mes vies passées mais je pourrais spéculer sur le sujet. Même si je me souvenais avoir été Napoléon dans une autre vie, de quoi me rappellerais-je ?
J'aurais des souvenirs ordinaires de cette époque, du fait d'être empereur, d'être responsable de beaucoup de malheurs.
Dans cette vie, j'ai vécu pas mal d'années et j'en ai des souvenirs. Il y a "x" années j'allais à l'école de telle ville et je m'appelais Pierre. Peut-être que cela n'impressionnera personne, comparé à la guerre contre la Russie en 1812, mais ce que je me rappelle : être un garçon de "x" années nommé Pierre et allant à l'école de cette ville.

On peut se demander : "Mais quel rapport y a-t-il entre le petit Pierre et Napoléon ?" Ce qu'ils ont en commun, c'est qu'ils sont tous deux des souvenirs. Si je me souvenais effectivement avoir été Napoléon et que je me souvenais aussi avoir été Pierre, ce serait simplement deux souvenirs et les deux apparaîtraient ici et maintenant. C'est tout ce qu'il nous faut savoir.
Peu importe que votre nom ait été Napoléon, Pierre ou la reine de Saba. Il est vrai qu'être Napoléon est plus impressionnant pour la plupart des gens qu'être Pierre - à moins que Pierre soit le nom de la dernière rock star !
Mais tout ce qu'il faut savoir, c'est qu'un souvenir est un souvenir.
Les souvenirs viennent de "x" années en arrière, et aussi d'hier. Ce sont tous des souvenirs qui apparaissent maintenant et qui concernent une vie passée. Les souvenirs apparaissent et disparaissent, et ils ne sont pas "soi".

Les gens se posent aussi souvent la question de ce qui leur arrivera après la mort. Par exemple : "J'ai fait quelque chose de terrible dans ma vie. Que va-t-il m'arriver dans la prochaine vie ? Irai-je en enfer ? Reviendrai-je sous la forme d'un crapaud ?" On peut spéculer là-dessus mais le résultat d'une mauvaise action passée est la peur dans le présent : c'est maintenant que vous avez peur.
L'avenir sera toujours inconnu, incertain et mystérieux. On peut projeter n'importe quoi de notre passé dans le futur -
en fait, c'est ce que nous faisons toujours : nous remplissons le vide de l'avenir avec toutes sortes d'idées, de peurs et de projections mais c'est toujours dans le présent que nous projetons ainsi.

En méditation, nous avons la possibilité de voir les souvenirs du passé simplement comme des souvenirs et nous voyons nos peurs pour l'avenir simplement comme des projections.
C'est dans le moment présent que nous devons agir avec attention et sagesse. La méditation nous apporte la vérité qui est au-delà du doute et nous rend responsables de la façon dont nous vivons, non parce que nous craignons que quelqu'un nous corrige si nous ne nous comportons pas de manière morale mais parce que c'est la chose juste à faire.
En comprenant les lois du karma et de la renaissance, nous savons mieux comment vivre et nous utilisons au mieux les conditions du corps et de l'esprit. Telle est la perfection du karma humain. La perfection du karma humain est l'Eveil et l'Eveil n'est rien de plus que grandir et être un être humain mûr.

Question : S'il n'y a pas de soi ou d'âme, dans la façon bouddhiste de voir les choses, qui renaît ou qu'est-ce qui renaît ?
Qui ou qu'est-ce qui reçoit les résultats des bonnes et des mauvaises actions ?
Réponse : Vous voyez, dans le sens ultime, il n'y a personne qui renaît et personne qui récolte les résultats. Ce qui renaît, ce sont les désirs qui se répètent. Ces désirs sont créés par l'ignorance. Ce sont eux qui créent l'impression qu'il existe une personne qui a des problèmes, une personne malheureuse ou déprimée. A cause de ces désirs, on se dit que la vie devrait être autre que ce qu'elle est. Le processus de renaissance n'appartient à personne ; ce n'est qu'un processus de causes et de conditions.

L'attention permet de voir que c'est ainsi que se produisent les résultats de la naissance et des actions passées. Si l'on garde cela clairement à l'esprit, on cesse de créer l'idée d'une "PERSONNE" (développé dans le Menu Méditation "Que suis-je ?") qui devra renaître.
On cesse de créer l'illusion de quelqu'un qui récolte quelque chose. Le moment présent est simplement le résultat d'une action passée.
Si on n'est pas dans l'ignorance, on ne souffre pas des circonstances qui font notre présent.
Ceci est très dur à comprendre quand on a l'habitude de fonctionner à partir d'un point de vue personnel, c'est pourquoi le bouddhisme populaire enseigne simplement : si vous agissez bien, vous récoltez du bien ; si vous agissez mal, vous récoltez du mal ; en conséquence, vous devriez faire le bien et pas le mal. Mais il s'agit-là de la manière "conventionnelle" de s'exprimer.

Par contre, plus on pratique la méditation, plus la compréhension du Dharma s'affine et plus on est conscient de la véritable nature des choses. A ce moment-là, l'idée de récolter du bien ou du mal n'a plus aucun sens. A ce stade, il ne s'agit plus de faire le bien ou le mal.
Quand on a l'occasion de faire du bien, on agit dans ce sens mais on n'est pas motivé par l'idée que "quelqu'un" va en récolter du bien. Et l'on n'a aucune inclination à faire quelque chose de mal parce que le mal n'est attirant que quand on croit à la réalité d'un soi.
Quand cette conception erronée est abandonnée, tout est simple. On fait du bien mais on le fait parce que c'est ce qui est juste, ce qui est approprié et non pour un gain ou bénéfice quelconque.
Pour une personne dotée de sagesse, la bonté est tout simplement naturelle. Et cette réaction naturelle est le contraire de la réaction impulsive qui, elle, naît de l'ignorance. Avec la sagesse, il y a la spontanéité qui fait que l'on répond à la vie à partir d'un esprit pur et universel et non plus à partir de l'idée personnelle de quelqu'un qui doit être bon parce qu'il sera puni s'il est méchant.

 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu