L'humanisme - MEDITATION et Liberté Bouddhisme et Spiritualité

Aller au contenu

L'humanisme

Evolution

On désigne par «humanisme» toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'être humain.

Méditons un instant,
sur ces images de génocides et de crimes contre l'humanité...
Cliquez sur l'image pour agrandir et lire le texte >>


Le film « Revenu de base » éveille la curiosité et invite à réfléchir. Une leçon d’économie à ne pas manquer !

1h36' absolument passionnantes sur le revenu de base inconditionnel fait par le groupe de réflexion allemand qui compte pas loin de 300 000 membres. Ils ont une bonne longueur d'avance sur nous.

Ce sujet est captivant, tout à fait humaniste et novateur. Au lieu de garantir un emploi à chacun, l'idée est de garantir un revenu d'existence à chacun, inaliénable et inconditionnel.
Ce revenu garantit tous les besoins de base de l'individu : nourriture, logement, activités sociales. Ce faisant, chacun peut choisir d'avoir ou pas un métier pour augmenter ce revenu. Il peut refuser une offre, et on ne peut pas lui retirer son métier.
Le plus intéressant, c'est que c'est financé sans créer de nouveaux impôts, C'est juste une répartition différente de l'argent de l'état, et de ses ressources.
Et aussi : plus d'impôt sur le revenu, tout l'impôt est prélevé sur la consommation.
Ca paraît bien sûr utopique, mais le raisonnement du film est logique et bien détaillé sous tous ses aspects.
Peut-être est il temps de changer d'idée à propos du travail ? Sommes-nous faits pour travailler ? Ou pour choisir une activité épanouissante ?

L'humanisme évolutif
est un courant de libre pensée situé entre la philosophie, l'épistémologie et l'anthropologie. Il regroupe diverses écoles telles que l’écologie humaniste, la philosophie de l'évolution et l’humanisme environnemental. Il se veut également un courant culturel ayant une influence dans la société.

L’écologie humaniste

Appuyé sur la philosophie de l’évolution, ce courant international en émergence depuis les années 1970, exprime un humanisme évolutionniste prolongeant la tradition naturaliste des philosophes grecs antiques.
L'écologie humaniste incite à mieux comprendre et situer la place et le destin de l'humanité dans son environnement en évolution permanente. La destinée humaine y est mise en perspective dans un contexte universel où beaucoup de choses restent à comprendre.
Parce qu’elle incite chaque être humain à une auto-responsabilisation devant sa conscience, on peut aussi définir l’écologie humaniste comme une volonté de responsabilisation éthique de l’humanité civilisée, favorisant son amélioration permanente et son bonheur, en interaction constructive avec son environnement évolutif, de manière profitable autant à l’être humain en particulier qu’à l’espèce humaine en général, en symbiose commune dans leur biotope local et global en évolution.
Cela porte à optimiser la société humaine dans ses propres interactions et dans ses interactions avec son biotope, notamment en préservant l’équilibre planétaire terrestre. Cette nécessité de solidarité de l’ensemble de l’espèce humaine pour préserver son environnement et son meilleur développement dans cet environnement, a inspiré une expression politique particulière d’écologie humaniste, reprise notamment par des chefs d’État tels que Jacques Chirac (France) ou Mohammed VI (Maroc) dans les grandes assemblées de l’ONU.

L’écologie humaniste veut favoriser l’adaptation permanente et le meilleur développement possible de l’humanité, et de l’être humain, dans un environnement universel incertain et en évolution permanente, avec suffisamment d'ouverture pour considérer tous les possibles.
Dans la conception écologiste humaniste, il est vain de vouloir figer dans des choix et dans des schémas culturels arbitraires l’équilibre apparent et le devenir supposé d’un moment de l’évolution.
L’adaptation évolutive permanente est nécessaire, autant biologiquement que pour la pensée. Cela nécessite une grande relativité et une grande prudence dans les analyses. Selon cette conception, pour l'intellect humain, toute représentation est du domaine de la croyance, compte tenu de l'incertitude de la relation de l'homme à l'univers, et de l'imperfection naturelle de ses sens pour représenter son environnement et ses interactions avec cet environnement, le réel perçu par l'homme n'étant qu'une représentation du réel, particulière à l'espèce humaine.
L'écologie humaniste admet ce rapport relativisé à la croyance, mais en réfute les formes définitives et enfermantes, réductrices, sachant qu'aucune vérité ne peut être définitive pour l'esprit humain sans contrarier sa nécessité évolutive naturelle.
Cette école de pensée admet donc le fait de croire au présent faute de mieux, mais en prenant soin de vérifier et d'actualiser en permanence ce qu'on croit.

Nous avons tous une nature individuelle et collective dans tous nos actes, et nous sommes co-responsables  de ce qui se passe dans les personnes autour de nous.

COUP DE GUEULE !
Tristesse pour ceux qui ne peuvent vivre de leur travail : Oui
Espoir de demain pour ceux qui meurent de faim : Oui
Que nous soyons dans la misère, ou que nous gaspillons, nous sommes tous responsables. Je vous renvoie à la page du site "le karma" (pour le karma collectif)

Calvados (France) Ce vendredi 18 septembre 2009, l'Europe rurale étale ses plaies... En "grève du lait", les producteurs laitiers français se sont rassemblés dans toute la France pour des opérations d'épandage de lait dans des champs.
Des tracteurs en ordre de bataille s'échappent des centaines de milliers de litres de lait, 3,5 millions de litres, disent même les organisateurs, des gerbes blanches qui brillent dans un rayon de soleil avant de se répandre sur la terre.

Ailleurs… au Darfour (Soudan) distribution de quelques "cl" de lait aux enfants. Un peu plus loin, Khadiga qui est une habitante du village de Finna, fait la queue comme tout le monde pour s'approvisionner en eau. "Je suis ici depuis 9 h du matin et je n'ai même pas encore rempli un jerrycan", dit-elle.  "J'ai marché pendant une heure et demi et je ne peux rien faire d'autre aujourd'hui puisque je passe toute ma journée ici. Maintenant, je ressens la fatigue et la faim".

Méditation
Poser un regard neuf sur l'acte que je vais accomplir, et cela peut transformer mes perceptions, même pour des gestes quotidiens comme ouvrir un robinet.
Quand je tourne chez moi le robinet d'eau, je peux regarder en profondeur, et voir combien l'eau est précieuse. Sachant que des milliers de gens n'ont rien à boire, je prends conscience de l'importance d'une seule goutte d'eau.

LES SCANDALES DES ETATS
dans le monde... en voici un !
Ethiopie en 1984
Cliquez ici




Ces enfants là...
Ils sont si bien élevés, les gosses qui meurent de faim,
Ils ne parlent pas la bouche pleine, ils ne gâchent pas leur pain,
Ils ne jouent pas avec la mie, pour en faire des boulettes,
Ils ne font pas de petits tas, au bord de leur assiette,
Ils ne font pas de caprice, ne disent pas ‘j’aime pas’
Ne font pas la grimace, quand on enlève un plat,

Eux, ils ne trépignent pas, pour avoir des bonbons,
Ils ne donnent pas au chien, le gras de leur jambon,
Ne courent pas dans vos jambes, ne grimpent pas partout,
Ils ont le cœur si lourd, qu’ils vivent à genoux,
Pour leur repas, ils attendent sagement,
Ils pleurent quelquefois, quand ça dure trop longtemps…

Non, non rassurez-vous, ils ne vont pas crier,
Ces petits enfants là, ils sont trop bien élevés,
Eux, pleurent sans bruit, on ne les entend pas,
Ils sont si petits, qu’on ne les voit même pas,
Ils savent qu’ils ne peuvent, rien attendre de leur mère,
Ils cherchent stoïquement, du riz dans la poussière,

Mais ils ferment les yeux, quand l’estomac se tord,
Quand la douleur atroce, irradie tout leur corps,
Non, non soyez tranquilles, ils ne vont pas crier,
Ils n’en ont plus la force, seuls leurs yeux peuvent parler,
Ils vont croiser leur bras, sur leur ventre gonflé,
Ils vont prendre la pose, pour faire un bon cliché…

Ils mourront doucement, sans bruit, sans déranger,
Ces petits enfants là, ils sont si bien élevés…
Poème de François Devillet

Retourner au contenu | Retourner au menu