Janvier 2016 - MEDITATION et Liberté Bouddhisme et Spiritualité

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Janvier 2016

BLOG
Le cercle ZEN
Avant qu'une personne n'étudie le Zen, les montagnes sont les montagnes, les eaux sont les eaux. Après un premier aperçu de la vérité du Zen, les montagnes ne sont plus les montagnes, les eaux ne sont plus les eaux. Après l'éveil, les montagnes sont de nouveau des montagnes, les eaux de nouveau des eaux.
Le cercle Zen
Qu’est-ce que le Zen ? Le Zen, c’est se comprendre soi-même. Que suis-je ?

J’explique le Zen au moyen d’un cercle. Il y a cinq points marqués sur ce cercle :
  • zéro degré, quatre-vingt-dix degrés, cent quatre-vingts degrés, deux cent soixante-dix degrés, et trois cent soixante degrés. 
  • 360 degrés sont exactement le même point que 0 degré.

Le phénomène ENSO (Jap. cercle) est l'emblème du bouddhisme zen, la vacuité. La calligraphie, un simple cercle tracé avec un seul coup de pinceau large, il est un symbole de l'infini, et représente le vide infini, le «non-chose», le parfait état méditatif, ou la pratique et l'éveil qui sans cesse se renouvellent (dokan, anneau de la Voie).
Nous commençons avec l’intervalle compris entre 0 et 90 degrés. 
C’est la zone de la pensée et de l’attachement. La pensée est désir, le désir est souffrance. Toutes choses sont divisées en opposés bon et mauvais, beau et laid, à toi et à moi. J’aime ceci, je n’aime pas cela. J’essaie d’être heureux, et d’éviter la souffrance. Donc, la vie ici est souffrance, et la souffrance est la vie.
Au-delà de 90 degrés se trouve la zone de la conscience, ou “Moi-Karma”. 
Avant 90 degrés, on est attaché au nom et à la forme. Ici, il y a un attachement à la pensée. Avant de naître tu étais zéro, maintenant tu es un, dans le futur tu mourras et de nouveau deviendras zéro. Donc, zéro égale un, un égale zéro. Toutes choses ici sont identiques, car elles sont faites de la même substance. Elles ont toutes un nom et une forme, mais leurs noms et leurs formes viennent de la vacuité et retourneront à la vacuité. On reste encore dans le domaine de la pensée.
À 180 degrés, il n’y a pas de pensée du tout. 
C’est l’expérience de la vraie vacuité. Avant la pensée, il n’y a ni mots ni discours. Il n’y a donc ni montagne, ni rivière, ni Dieu, ni Bouddha, rien du tout. Il y a seulement… 
Ensuite, vient la zone au-dessus de 270 degrés, la zone de la magie et des miracles.
Ici, la liberté est totale, sans limite ni dans le temps ni dans l’espace. C’est ce qu’on appelle “la pensée vivante”. Je peux me transformer en serpent. Je peux chevaucher un nuage jusqu’au Paradis de l’Ouest. Je peux marcher sur l’eau. Si je veux la vie, j’ai la vie, si je veux la mort, j’ai la mort. Dans cette zone, une statue peut pleurer ; le sol n‘est ni clair ni foncé ; l’arbre n’a pas de racines, la vallée pas d’écho.
  • Si tu restes à 180 degrés, tu deviens attaché à la vacuité.
  • Si tu restes à 270 degrés, tu deviens attaché à la liberté.
A 360 degrés, toutes choses sont simplement comme elles sont, la vérité est juste ainsi.
“Juste ainsi” signifie qu’il n’y a pas d’attachement à quoi que ce soit. Ce point est exactement le même point que zéro nous arrivons où nous avons commencé, où nous avons toujours été. La différence est qu’à zéro degré il y a une pensée avec attachement, tandis que 360 degrés correspondent à une pensée sans attachement.

"Juste ainsi" ou l'action intuitive
Par exemple, si tu conduis une voiture en étant attaché à la pensée, ton esprit sera ailleurs, et tu passeras au feu rouge. Si tu n’es pas attaché à la pensée, ton esprit est clair tout le temps. Lorsque tu conduis, tu ne penses pas, tu te contentes de conduire. Aussi la vérité est-elle “juste ainsi”. Le feu rouge signifie “Arrêtez-vous”, le feu vert signifie “Allez-y”. C’est de l’action intuitive. Action intuitive veut dire agir sans aucun désir ou attachement. Mon esprit est comme un miroir clair, qui réfléchit toutes choses simplement comme elles sont. Le rouge vient, et le miroir devient rouge; le jaune vient, et le miroir devient jaune. C’est ainsi que vit un bodhisattva. Je n’ai aucun désir pour moi-même. Mes actions sont destinées à tous les êtres.
  • Zéro degré, c’est le “Petit Moi”,
  • 90 degrés, le “Moi-Karma”, 
  • 180 degrés désignent le “Moi-Vide”, 
  • 270 degrés, le “Moi-Liberté”, 
  • 360 degrés correspondent au “Grand Moi”. Le “Grand Moi” est temps infini et espace infini. Alors, il n’y a ni vie ni mort. Je souhaite uniquement sauver tous les êtres. Si les gens sont heureux, je suis heureux; si les gens sont tristes, je suis triste.
Le Zen consiste à atteindre 360 degrés. Lorsque tu atteins 360 degrés, tous les degrés du cercle disparaissent. Le cercle est seulement une méthode pour enseigner le Zen. Il n’existe pas réellement. Nous l’utilisons afin de rendre plus simple la pensée, et aussi pour tester la compréhension des étudiants.
Zéro - 90 - 180 - 270
360
Avant qu'une personne n'étudie le Zen, les montagnes sont les montagnes, les eaux sont les eaux. Après un premier aperçu de la vérité du Zen, les montagnes ne sont plus les montagnes, les eaux ne sont plus les eaux. Après l'éveil, les montagnes sont de nouveau des montagnes, les eaux de nouveau des eaux.
Seung Sahn lève alors un livre et un crayon, et dit : Ce livre et ce crayon, sont-ils pareils ou différents ? A zéro degré, ils sont différents. À 90 degrés, dans la mesure où toutes choses sont “une”, le livre est le crayon, et le crayon est le livre. À 180 degrés, toute pensée est tranchée ; il n’y a alors ni mots ni discours. La réponse est seulement… A 270 degrés, il y a une liberté parfaite, et donc une bonne réponse est : le livre est en colère, et le crayon rit.
Finalement, à 360 degrés, la vérité est “juste ainsi”. Le printemps vient, l’herbe pousse d’elle-même. A l’intérieur il y a de la lumière, à l’extérieur il fait sombre. Trois multipliés par trois font neuf. Toute chose est telle qu’elle est. Par conséquent, la réponse sera maintenant : le livre est le livre, le crayon est le crayon.
Donc, à chaque point la réponse est différente. Laquelle est juste ? Est-ce que tu comprends ? Maintenant, je vais te donner une réponse : les cinq sont fausses.
- Pourquoi ?
Après avoir attendu un moment, Seung Sahn dit : Le livre est bleu, le crayon est jaune. Si tu comprends cela, tu te comprendras. Mais si tu te comprends, je te frapperai trente fois. Et si tu ne te comprends pas, je te frapperai aussi trente fois.
- Pourquoi ?
Après avoir attendu à nouveau quelques instants, Seung Sahn dit : Il fait très froid aujourd’hui.
D'après l'enseignement du Maître Zen coréen Seung Sahn (1927 - 2004)
 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu